Archives de catégorie : Document électronique

Crossref va permettre d’associer des DOI spécifiques aux préprints

A partir du mois d’août 2016, Crossref  va modifier sa politique d’enregistrement des documents auprès de ses membre et va permettre d’assigner des Digital Object Identifiers (DOIs) à des “duplicative works.”  La nouvelle politique signifie que les préprints auront des  DOIs séparés des versions ultérieures et pourront être enregistrés auprès de Crossref. Les différentes versions seront ensuite reliées.

L’article rappelle que “Preprint” est un terme qui a différentes significations mais celle retenue par Crossref est :  “un contenu original qui a pour objectif d’être publié dans une publication classique, incluant un contenu qui a déjà été soumis, mais pas encore accepté pour publication”.(original content which is intended for formal publication, including content that has been submitted, but has not yet been accepted for publication).

Source : Crossref To Accept Preprints In Change To Long-standing Policy. http://www.science20.com/news_articles/crossref_to_accept_preprints_in_change_to_longstanding_policy-171985. Accedé le 6 mai 2016.

Parution : LE LIVRE 010101 (1971-2015) sur l’évolution des formats du livre numérique

Rémi Mathis 20014 [image] Numerique - papier - un texte est un texte https://www.flickr.com/photos/remimathis/5239482334 CC-BY

Rémi Mathis 20014 Numerique – papier – un texte est un texte https://www.flickr.com/photos/remimathis/5239482334 CC-BY

LE LIVRE 010101 (1971-2015) de  Marie Lebert retrace les évolutions de livre numérique de ses origines à travers les différents projets et formats qui ont jalonné son évolution. Le format EPUB s’impose de plus en plus en raison notamment de son adaptabilité à tous les supports et terminaux. Le projet Gutenberg qui vient de dépasser les 50000 livres numériques est détaillé. Un article de l’auteure dans ActuaLitté  du 3 nov 2015synthétise l’évolution des formats : Un format standard pour le livre numérique, du PDF à l’EPUB.

introduction

Si le livre imprimé a plus de cinq siècles et demi, le livre numérique approche les quarante-cinq ans, soit l’âge de la maturité. Le premier livre numérique date de juillet 1971. Il s’agit de l’eText #1 du Projet Gutenberg, un projet visionnaire lancé par Michael Hart pour créer des versions électroniques gratuites d’œuvres littéraires et les diffuser dans le monde entier. Au 16e siècle, Gutenberg avait permis à chacun d’avoir quelques livres. Au 21e siècle, le Projet Gutenberg permettrait à chacun d’avoir une bibliothèque gratuite. L’arrivée de l’internet en 1974 puis du web en 1990 permet à ce projet de devenir réalité. …

Sources :

 

Nouveaux tutoriels pour la numérisation de documents

scanning

ActuaLitté : BookScanner et numérisation de livre https://www.flickr.com/photos/actualitte/10531080825/

La Digital Public Library of America (DPLA) a mis en ligne, le 7/10/15, un ensemble de tutoriels pour la numérisation de documents : « New Self-Guided Curriculum for Digitization »

  • Planning for Digitization
  • Selecting Content for a Digitization Project
  • Understanding Copyright
  • Using Metadata to Describe Digital Content
  • Digital Reformatting and File Management
  • Promoting Use of Your Digital Content). Lien

Lu sur Echodocs (lien)

Ces ressources peuvent être complétées par ces trois guides en français :

 

Un standard pour publier sur le web des documents numériques au format E-pub : EPUBWEB

Sources :

Ce “white paper” introduit le format EPUB-WEB,  une vision de l’évolution de l’édition numérique s’appuyant sur la représentation de document dans des formats à l’origine non prévu pour l’affichage sur le web, comme Epub, dans une plateforme web ouverte. Le format EPUB-WEB permettra la transparence entre les formats offline et online des documents élecroniques. Les éditeurs  et utilisateurs n’auront plus besoin de choisir l’une ou l’autre des options à la création du document, mais seulement de changer entre elles dynamiquement… A suivre.

Open Journal System (OJS) : un document de synthèse

Résumé : OJS (Open Journal Systems) est un système de publication électronique qui reproduit le processus d’une maison d’édition pour réaliser un ou plusieurs journaux, de la soumission des articles à leur publication. C’est un package logiciel diffusé en licence libre, développé et maintenu dans le cadre d’un projet inter-universitaire canadien : le Public Knowledge Project (PKP). Ce document, destiné en priorité à la communauté recherche en math, décrit le logiciel libre OJS, PKP qui diffuse ce logiciel, les acteurs de la communauté recherche en math française qui l’utilisent et liste des problèmes et des manques pour les besoins de cette communauté.

Le document décrit les processus éditoriaux et présente les avantages et inconvénients de ce logiciel qui est de plus en plus utilisé. Il donne également une liste d’autres solutions. extraits :

  • Lodel développé parle CLEOet utilisé pour revues.org: le CLEO a décidé récemment de basculer sur OJS pour la partie processus éditorial et garder Lodel pour la mise en ligne
  • WordPressavec le plugin EditFlow
Jean-Luc Archimbaud. Document de synthese sur OJS (Open Journal System). 2015, 10p.<sic01074813v2>

Dix outils de vérification de plagiat en ligne

mimieunice

Mimi & Eunice, “Thief”. Categories at the source website: Anger, Delusions, IP. http://mimiandeunice.com/2010/07/30/thief/

Le Billet “10 Best Plagiarism Checker Online” du site Techcriklets décrit 10 outils de détection de plagiats. Il indique leur fonctionnement et les aides qu’ils peuvent apporter dans la détection du plagiat des textes scientifiques. A noter également le site plagiarism.org qui donne des conseils pour lutter contre le plagiat. Il est cependant sponsorisé par l’outil Writechek  qui n’est pas dans la liste. Le site de référence est  publicationethics.org  du COPE (Comitte on publication ethics) sur l’éthique des publications avec des instructions sur les conduites à tenir, l’utilisation de la citation etc.

  1. Turnitin
  2.  Plagiarism Detect
  3.  Ithenticate
  4.  Plagium
  5.  Article Checker
  6.  Plagiarism Check
  7. Duplichecker
  8. DocCop
  9. Dust Ball
  10. Small SEO Tools

Source : “10 Best Plagiarism Checker Online.” TechCricklets. Accessed November 25, 2014. http://www.techcricklets.com/10-best-plagiarism-checker-online/.

Flossmanuals : Manuels pour les logiciels libres en édition collaborative avec BookType

flossmanuals

http://www.flossmanualsfr.net/

Suite à la signalisation du Manuel de Inkscape sur NetPublic,  Inkscape, logiciel libre de dessin vectoriel: Mode d’emploi, j’ai découvert Floss Manuals. “Floss Manuals est une plateforme de partage et de co-création plurilingue. Floss Manuals met à la disposition  une collection de livres en français sur les logiciels, la culture libre et le matériel libre. S’appuyant sur la communauté d’utilisateurs de ces outils, notamment les auteurs, éditeurs, artistes, développeurs de logiciels et activistes, ces livres sont consultables librement en différents formats (pages web, pdf et epub).” Les livres peuvent aussi être imprimés à demande (payant).

Parmi l’offre disponible des ouvrages sur Gimp, Inkscape, Libredraw office, Initiation à HTML5, initiation à Python…

En plus d’un contenu intéressant, la plateforme incite à la co-création avec  l’outil Booktype. Chacun peut créer un compte et commencer la rédaction d’un e-book.

Le site est la version française de plusieurs flossmanuals dans d’autres langues, organisés à travers la flossmanuals fondation.

Identifiants des documents numériques

Dans un document « didactique et par conséquence parfois simplificateur » Jean-Luc Archimbaud (CNRS, Cellule MathDoc) présente les identifiants actuellement les plus utilisés pour les documents numériques : ISBN, ISSN, URL, DOI, OpenURL, OAI, ARK, URI (plus quelques identifiants spécifiques : identifiant HAL, PPN, numéro OCLC, PMID, CODEN…).

Pour les principaux il note leur capacité à répondre à 6 fonctionnalités attendues d’un identifiant :

  1. L’identifiant ne désigne qu’une seule ressource documentaire ;
  2. Tous les types de ressources documentaires sont identifiables ;
  3. Toute ressource documentaire peut obtenir un identifiant par une méthode universelle, utilisable partout dans le monde et par tous, à coût nul ou très minime ;
  4. L’accès à la ressource documentaire via l’identifiant est rapide, même pour un utilisateur sans connaissance technique du domaine de la documentation ;
  5. L’identification est pérenne ;
  6. Une ressource documentaire a un et un seul identifiant

Référence : Jean-Luc Archimbaud. Identifiants des documents numériques : ISBN, ISSN, URL, DOI, OpenURL…. 16 pages. 2014. <sic_01068135>

Elsevier : le juste prix ou qui veut gagner des millions ?

Les deux derniers billets du blog d’Etienne Cavalié Bibiliothèque reloaded sont consacrés aux mécanismes fixant les coûts d’abonnement aux plateformes de revues électroniques, et, plus spécialement, aux montants fixés par l’éditeur Elsevier.

Le billet daté du 13 mai 2014 “Les revues Elsevier : quelques faits“, reprend intégralement le post que Tim Gowers (mathematicien anglais médaillé Fields et “initiateur du Cost of Knowledge) a publié sur son Gowers’s Weblog.

Dans ce passionnant billet, Tim Gowers tente de répondre à ces 5 questions :

  1. Dans quelle mesure les chercheurs accepteraient de se passer des services d’Elsevier ?
  2. Avec quel degré de facilité trouverait-on, en moyenne, des versions web des articles Elsevier, que l’on puisse lire légalement et gratuitement ?
  3. Quel est le niveau de sacrifice enduré actuellement par les bibliothèques, du fait des prix élevés des revues ?
  4. Quelle conséquence les articles en Gold Open Access publiés chez Elsevier ont-ils sur le prix des abonnements ?
  5. Combien les universités paient-elles pour les revues d’Elsevier ?

Dans son billet daté du 4 juin 2014, “Les Chiffres Elsevier : et donc ?” Etienne Cavalié reprend les données collectées par Tim Gover sur les coûts de souscription à la plateforme Elsevier payés par les différentes universités anglo-saxonnes, et tente de les “faire parler”.

La tache est ardue, mais, comme l’écrit l’auteur, le premier objectif de ce billet est de ” vous/nous inciter à envisager une utilisation de ces données. En les croisant avec d’autres données, en réfléchissant aux informations réellement utiles pour leur faire dire quelque chose.

Alors, … qui veut jouer à les faire parler ?

L’édition scientifique et les livres électroniques au format Epub3

Elsevier, le principal éditeur mondial de revues et de livres scientifiques, a annoncé récemment qu’il publiera des livres électroniques au format Epub3 et convertira la plupart des livres du format Epub2 vers Epub3. Cette annonce pourrait avoir des répercutions chez les autres éditeurs scientifiques.

Ce format est développé et maintenu par IDPF (Internal Digital publishing Forum) qui selon le site Actualitté :

assure d’ailleurs tout son soutien à l’éditeur, pour nous assurer que l’EPUB continue de s’améliorer, afin de servir les besoins primordiaux dans la communication des éléments techniques et scientifiques ». En somme, être capable d’afficher une grande variété de contenus sur tous les écrans, en s’appuyant sur les possibilités techniques offertes par l’HTML5, qui commence à devenir la règle sur le Web.

Elsevier  s’intéresse particulièrement à fournir des contenus enrichis par :

  • des supports pour les éléments interactifs (auto évaluation, quizz)  et audiovisuels (audio et vidéo),
  • des tables des matières et listes des figures ou tableaux améliorées pour la navigation,
  • une meilleure visualisation des pieds de page, citation et références avec fenêtrage de type pop-up,
  • le support du MathML pour l’affichage des formules mathématiques.

L’ IDPF incite les éditeurs à utiliser ce format et a ouvert début avril le site EPubZone.org pour les  actualités et échanges communautaires autour de l’EPUB.

Sources
“Elsevier Embraces EPUB3 Format, Ensuring More Enriched and Interactive eBook Experience for Readers — AMSTERDAM, April 22, 2014 /PRNewswire/ –.” Accessed April 23, 2014. http://www.prnewswire.com/news-releases/elsevier-embraces-epub3-format-ensuring-more-enriched-and-interactive-ebook-experience-for-readers-256164711.html.
Actualitté. “Elsevier Adopte l’EPUB3 Comme Standard Pour Ses Manuels.” Accessed April 24, 2014. http://www.actualitte.com/usages/elsevier-adopte-l-epub3-comme-standard-pour-ses-manuels-49690.htm.
Actualitté. “EPUBZone, Nouveau Site Pour l’Internal Digital Publishing Forum.” Accessed April 24, 2014. http://www.actualitte.com/international/epubzone-nouveau-site-pour-l-internal-digital-publishing-forum-49458.htm.