Archives par étiquette : libre accès

SocArXiv, nouveau serveur de preprints en sciences sociales

SocArXiv,  est une plateforme open access, open source en sciences sociales, ouverte depuis le 7 décembre 2016, en beta version. Ce site créé en partenariat avec le Center for Open Science (COS)  fournit un service gratuit et non commercial pour la partage des documents scientifiques. Coté technique, il a été construit sur  le  Open Science Framework,  une plateforme générique qui permet aux chercheurs de déposer leurs données, leurs résultats de recherche et leurs codes.

Cette plateforme constitue une alternative  au site Social Science Research Network (SSRN) racheté par Elsevier en 2016 (voir notre billet du 1er juin 2016).

Le COS a ouvert un serveur générique de preprints  le « open preprint repository network”. Ce systéme  héberge  SocArXiv   et permet l’intégration de documents provenant de différents services comme  arXiv (maths et physique),  bioRxiv (Biologie), et les autres  communautés hébergées par COS, dont  engRxiv, and PsyArXiv. (3)

socarchiv

Accès au site https://osf.io/preprints/socarxiv

Sources :

(1) Price, Gary (2016). SocArXiv Formally Launches in Beta Today and Announces Grants From Open Society and Sloan Foundations. InfoDocket. 7 Décembre 2016. http://www.infodocket.com/2016/12/07/repositories-socarxiv-formally-launches-beta-today-announces-grants-from-open-society-and-sloan-foundations/ . Consulté le 12/12/2016.

(2) Cohen, Philip N. (2016). SocArXiv launches, brings sociology and social science into the open, with new grant support.  Scooped. 7 décembre 2016. https://socopen.org/2016/12/07/socarxiv-launches-brings-social-science-out-into-the-open/ Consulté le 12/12/2016.

(3)  SocOpen: Home of SocArXiv (2016).  https://socopen.org. Consulté le 12/12/2016.

URFIST : Eléments de comparaison archives ouvertes et réseaux sociaux académiques

Sur le même sujet que notre Activ’IST 1: « ResearchGate et Academia : usages, limites et recommandations Inra« , Aline Bouchard de l’URFIST propose des éléments comparant HAL et les réseaux sociaux académique Researchgate et Academia.edu.

Le résumé ci-dessous est diffusé sur le site de l’Urfist Paris (*) :

Le succès des réseaux sociaux destinés aux chercheurs ne se dément pas. Paradoxe, et preuve sans doute de ce succès, de plus en plus de chercheurs et d’institutions en appellent à une utilisation vigilante. Les doutes existant en effet sur leurs modèles économiques, le droit des documents déposés ou encore leur usage des données personnelles rappellent combien ces services sont parfois loin des principes de l’open access et et ne sont pas des archives ouvertes.
Si archives ouvertes et réseaux sociaux permettent de diffuser et valoriser la production scientifique, il convient de mettre en lumière leurs différences et leurs points communs. C’est également l’occasion de :
– situer les réseaux sociaux académiques et les archives ouvertes dans l’offre d’outils permettant d’assurer une visibilité à ses travaux sur le web ;
– connaître les principaux réseaux (Academia, ResearchGate) et la principale archive ouverte française (HAL) ;
– avoir conscience des enjeux et des limites de ces services.

Accès au document :  Bouchard, Aline. (2016). Eléments de comparaison archives ouvertes (HAL) et réseaux sociaux académiques (Academia, ResearchGate). 29 Novembre 2016. 49 p.   http://urfist.enc-sorbonne.fr/sites/default/files/ab/Bouchard_Comparaison_AO_RSX_112016.pdf. Consulté le 06/12/2016.

(*) http://urfist.enc.sorbonne.fr/ressources/veille-sur-les-outils/diffuser-ses-travaux-sur-les-reseaux-sociaux-academiques-ou-sur-des

API ScienceDirect et entrepôts institutionnels

L’Université de Floride (UF) et Elsevier ont dévoilé fin mai le résultat du projet pilote sur lequel ils collaborent depuis 2014[1] et qui permet à l’université, par le biais de l’API ScienceDirect, de connecter son entrepôt institutionnel IR@UF à la plateforme ScienceDirect. Les nouveaux articles publiés par les chercheurs de UF dans les revues d’Elsevier sont ainsi automatiquement signalés dans l’entrepôt (les métadonnées des articles anciens ont également été récupérées).

Si ce lien entre la plateforme de l’éditeur et l’entrepôt peut accroître la visibilité des publications des chercheurs de l’UF en améliorant l’interopérabilité des systèmes, il ne permet pas en tant que tel le libre accès à la publication puisque les conditions d’accès de l’utilisateur aux textes intégraux sur la plateforme éditoriale sont inchangées. Par ailleurs il permet à Elsevier de collecter des données sur l’activité des utilisateurs qui accèdent à ces publications.

La prochaine étape annoncée du projet est de permettre à tout utilisateur d’accéder à une version intégrale de la publication sur la plateforme éditoriale : la version de l’éditeur pour les abonnés à Science Direct, la version acceptée du manuscript après une période d’embargo pour les autres.

Source : Opening Up the Repository: University of Florida, Elsevier explore interoperability in the publishing space

[1] Automating IR updates: The University of Florida and Elsevier answer questions about their institutional repository pilot project. By Judith Coffey Russell, University of Florida, and Alicia Wise, Elsevier | July 13, 2015

ROAD : nouveau répertoire de ressources en libre accès

Lancé en version beta le 16 décembre 2013, ROAD (Directory of Open Access scholarly Resources) est un nouveau service développé par le Centre International des ISSN en collaboration avec l’Unesco. Il répertorie et donne accès gratuitement à un sous-ensemble du registre de l’ISSN formé de notices bibliographiques décrivant des sources scientifiques en libre accès (identifiées par un ISSN) : revues, monographies en série, actes de congrès, dépots institutionnels.
Les notices sont enrichies avec des métadonnées provenant d’autres sources : EconLit, PsycINFO, Scopus, Catalogo (Latindex), Directory of Open Access Journals (DOAJ), The keepers Registry, SCImago, Journals and country Rank (SJR), Source Normalized Impact per Paper (SNIP).
Elles peuvent être téléchargées au format MARC XML et seront disponibles sous forme de triplets RDF en 2014.

Vu sur : Blog UniVersDoc

IPOL : une revue innovante pour valider, di ffuser, et partager la recherche en mathématiques appliquées

IPOL-header-logoPour être vérifiable et reproductible, la recherche en mathématiques appliquées doit être accompagnée d’une implémentation complète, fiable et documentée. Pour répondre à ce besoin et valoriser les travaux sur le logiciel, Jean-Michel Morel et Nicolas Limare du CMLA (Centre de Mathématiques et de Leurs Applications) de l’ENS Cachan ont lancé en 2011 IPOL (Image Processing On Line), un journal en ligne et en libre accès, revu par les pairs, qui propose une nouvelle manière de valider, diffuser, et partager la recherche dans ce domaine. IPOL publie des articles décrivant des algorithmes, le code source de ceux-ci et les données, permettant ainsi non seulement de vérifier et de reproduire les résultats et aussi de tester ces algorithmes en ligne avec ses propres données. Les expériences originales sont archivées et accessibles. Les articles sont référencés par un DOI et indexés dans les bases bibliographiques.

Les articles sont sous Creative Commons avec restrictions CC-BY-NC-SA, les données sous Creative Commons ouvert CC-BY et les logiciels sous licence libre GPL, AGPL, LGPL ou BSD.

Vu sur le site Descripteurs : Libérer les Revues et les données de la recherche

Pour en savoir plus :

Métadonnées et indicateurs pour le libre accès : projet de norme de la NISO

La National Information Standards Organization (NISO) a approuvé un nouveau projet de développement de métadonnées bibliographiques normalisées et d’indicateurs visuels pour décrire l’accessibilité des articles de revues du point du vue du libre accès. Cette initiative devrait permettre de clarifier des offres qui, bien que présentées par les éditeurs sous la banière du libre accès, peuvent être très différentes. Tous les acteurs de la chaine éditoriale (Auteurs, éditeurs, agrégateurs et lecteurs) devraient en tirer bénéfice.
Voir le communiqué de presse de la NISO

Vu sur LaLIST

Interopérabilité des entrepôts OAI : état des lieux

La Confederation of Open Access Repositories (COAR) a publié (29/10/2012) un rapport dressant un état des lieux des initiatives actuelles améliorant l’interopérabilité des entrepôts en open access. Ces initiatives brièvement présentées dans la deuxième partie du rapport peuvent concerner des aspects divers liés à l’interopérabilité :
• Le moissonnage des métadonnées : OAI-PMH
• Les réseaux d’entrepôts : DRIVER, OpenAIRE, National repository networks, UK RepositoryNet+
• Les statistiques d’utilisation des entrepôts : COUNTER, KE Usage Statistics Guidelines, OA-Statistik, PIRUS/IRUS-UK, SURE
• L’échange et le transfert de contenu entre entrepôts : SWORD, Open Access Repository Junction, CRIS-OAR Metadata Interoperability
• L’identification des auteurs : AuthorClaim, ORCID
• Les identifiants pérennes : PersID, DOI, Handle System, DataCite
• La gestion des objets complexes : OAI-ORE
• Les recommandations et certifications assurant la qualité et la visibilité d’un entrepôt : DINI Certificate for Document and Publication Services

Un chapitre sur les domaines émergents (p.10) aborde la prise en compte des données de la recherche dans les projets comme OpenAIREplus, RepositoryNet+ ou SWORDv2. Dans un proche avenir, d’autres initiatives de développement concerneront le web de données liées, le Web sémantique et de la préservation numérique.

Vu dans EchosDoc

Lire le rapport : The Current State of Open Access Repository Interoperability (2012)