Archives par étiquette : web2.0

SocArXiv, nouveau serveur de preprints en sciences sociales

SocArXiv,  est une plateforme open access, open source en sciences sociales, ouverte depuis le 7 décembre 2016, en beta version. Ce site créé en partenariat avec le Center for Open Science (COS)  fournit un service gratuit et non commercial pour la partage des documents scientifiques. Coté technique, il a été construit sur  le  Open Science Framework,  une plateforme générique qui permet aux chercheurs de déposer leurs données, leurs résultats de recherche et leurs codes.

Cette plateforme constitue une alternative  au site Social Science Research Network (SSRN) racheté par Elsevier en 2016 (voir notre billet du 1er juin 2016).

Le COS a ouvert un serveur générique de preprints  le “open preprint repository network”. Ce systéme  héberge  SocArXiv   et permet l’intégration de documents provenant de différents services comme  arXiv (maths et physique),  bioRxiv (Biologie), et les autres  communautés hébergées par COS, dont  engRxiv, and PsyArXiv. (3)

socarchiv

Accès au site https://osf.io/preprints/socarxiv

Sources :

(1) Price, Gary (2016). SocArXiv Formally Launches in Beta Today and Announces Grants From Open Society and Sloan Foundations. InfoDocket. 7 Décembre 2016. http://www.infodocket.com/2016/12/07/repositories-socarxiv-formally-launches-beta-today-announces-grants-from-open-society-and-sloan-foundations/ . Consulté le 12/12/2016.

(2) Cohen, Philip N. (2016). SocArXiv launches, brings sociology and social science into the open, with new grant support.  Scooped. 7 décembre 2016. https://socopen.org/2016/12/07/socarxiv-launches-brings-social-science-out-into-the-open/ Consulté le 12/12/2016.

(3)  SocOpen: Home of SocArXiv (2016).  https://socopen.org. Consulté le 12/12/2016.

Module de formation interactif à l'identité numérique

L’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand a mis en ligne un module de formation interactif à l’identité numérique, avec des exercices de type QCM.

Les objectifs de ce module sont de permettre d’ “acquérir une démarche globale de eCulture”

  • Prendre conscience de son identité numérique,
  • Analyser l’impact des nouvelles technologies de l’Internet sur la vie sociale,
  • Produire des informations personnelles de manière adaptée à un public cible et à contexte de diffusion,
  • Connaître les réseaux sociaux « B to B » et s’y rendre visible,
  • Construire son identité professionnelle et la valoriser.

accès au module : http://www.univ-bpclermont.fr/Ressources_Num/Les_reseaux_sociaux_web_web/co/module_Les_reseaux_sociaux_1.html

Autres sources sur l’identité numérique :

 

Google Reader victime de Google +

La nouvelle version de Google Reader a été mise en ligne le 1er novembre. Malheureusement,  cette nouvelle version se révèle être plutôt décevante car certaines fonctionnalités ont disparu.

En effet, il n’est plus possible de générer et d’alimenter des “Pages publiques” Google Reader par l’ajout d’un simple tag.

Ces “Pages Publiques” de Google Reader “étaient pourtant appréciées par beaucoup d’utilisateurs. Notamment par les professionnels de la documentation : elles permettaient de diffuser, sans aucune restriction et dans un cadre convivial,  des résultats de veille ciblés (voici un exemple de page publique, mise à jour automatiquement chaque  fois qu’une ressource été taguée avec le terme “Sophie”).

La direction de Google a donc fait le choix de transférer cette fonctionalité via Google + (voir ici sur le blog Presse citron les explications de la direction de Google concernant ce choix). Résultat :  la diffusion automatisée de votre veille n’est possible que via l’application Google +, et son partage uniquement réservé aux personnes ayant un compte Google+.

Il semblerait bien que le développement de Google + soit LA priorité de la direction de Google. Google Reader n’étant pas la seule application à subir cette politique de développement de Google + . Voir à ce sujet, sur le blog Le MondeBig Browser, “Comment Google+ énerve les geeks en tuant l’outil de recherche « + »